Autosuffisance alimentaire

Des conseillers proches des agriculteurs

Publié le : 2 décembre 2012 - Rachid Tarik, LE MATIN

Autosuffisance-alimentaire.jpg

Comment rattraper le retard du Maroc en matière d’accompagnement des agriculteurs ? C’est la principale question à laquelle devaient répondre les participants au colloque international, organisé dernièrement à Rabat par l’Association marocaine de protection des plantes (AMPP) sur le thème «Le conseil agricole en matière de protection des plantes : atouts et perspectives».

Pour Hassan Touabi, de la direction de l’enseignement de la formation et de la recherche (DEFR) au sein du ministère de l’Agriculture, «dans le passé, le retard en matière de conseil agricole n’a pas permis de mettre en place un service de proximité pour accompagner les agriculteurs».
Conscients de ce retard, les pouvoirs publics ont décidé de créer dans le cadre du Plan Maroc Vert, l’Office national du conseil agricole (ONCA). «Le projet de loi relatif à l’ONCA a été adopté en novembre dernier par la deuxième Chambre du Parlement et son décret d’application est déjà préparé. L’Office devrait voir le jour officiellement en 2013», a ajouté M. Touabi.

L’ONCA va donc combler le déficit enregistré dans le Conseil agricole des agriculteurs. «Aujourd’hui, notre agriculture continue à rouler à deux vitesses et à travers la création de l’ONCA, il serait utile de mettre les bouchés doubles pour rattraper le retard actuel», a estimé Mohamed Mihi, président de l’AMPP.
Sur le terrain et dans le cadre de la nouvelle politique agricole, plusieurs actions ont été entreprises pour la période 2011-2012 : recrutement de 150 conseillers, création de bornes interactives, envoi de SMS pour informer les agriculteurs en matière d’irrigation, etc. Sur ce registre, une expérience pilote est entreprise à Taoujtate.

Autres projets réalisés, la mise en place de l’approche «Champ-école paysanne» qui vise à associer les agriculteurs et les former sur leurs champs et la mise en place d’un réseau virtuel de recherche et de communication (Vercon), pour l’échange rapide des informations et la diffusion de l’innovation technique et scientifique, en partenariat, avec l’Organisation des Nations unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO). 

Ces différentes actions sont-elles suffisantes pour assurer l’autosuffisance alimentaire ? «Il existe une grande dépendance de la surface agricole utile (SAU) à la pluie. Seuls 14% de la SAU sont irrigués», a indiqué Boubker Ouilani, directeur exécutif de CropLife Maroc (Association marocaine des importateurs et formulateurs de produits phytosanitaires). Ce colloque international a mis également en valeur l’expérience française en matière d’accompagnement des agriculteurs. «En France, les Chambres d’agriculture jouent un grand rôle dans l’encadrement des agriculteurs», a expliqué Bonnemort Christophe Chambre d’agriculture de l’Aude.

Quant à Yveline Guegan de la Direction générale de l’enseignement et de la recherche (DGER), attachée au ministère français de l’Alimentation, de la pêche, de la ruralité et de l’aménagement du territoire, elle exposé les grandes lignes du plan Ecophyto 2018. «Ce plan vise à réduire et à sécuriser l’utilisation des pesticides. Par ailleurs, la directive européenne impose aux pays membres que la vente des pesticides ne soit faite que par des vendeurs certifiés», a noté Mme Guegan.


le Recyclage des emballages vides

Une expérience relative à la collecte des emballages vides des produits phytosanitaires (EVPP) a vu le jour dans la région d’Agadir, mais elle est restée limitée. Une grande partie des EVPP sont soit brûlés dans la ferme, jetés dans la nature ou vendus pour être revendus ou réutilisés à d’autres fins. Pour remédier à cette situation, l’Association marocaine des importateurs et formulateurs de produits phytosanitaires (CropLife Maroc) et la Coopération technique allemande (GIZ) ont signé dans le cadre du Programme de gestion et de protection de l’environnement, un projet de partenariat pour le lancement en 2012-2013, d’une campagne de sensibilisation et de vulgarisation sur les bonnes pratiques phytosanitaires au profit des petits agriculteurs.

  • Dans le cadre du Plan Maroc Vert, 16 plans agricoles régionaux de Conseil agricole (PARCA) devraient être réalisés.
  • Face au retard accumulé en matière de conseil agricole, il faut lancer une chaîne de TV pour la vulgarisation agricole, a indiqué Boubker Ouilani, directeur exécutif de CropLife Maroc.
  • Dans le cadre des «Champs-école paysanne», deux associations de producteurs de menthe ont été créées.

Déposer un commentaire



Règles d'utilisation
  • Les commentaires sont validés à priori. lematin.ma se réserve un droit de lecture sur chaque commentaire et de concordance avec notre ligne éditoriale, avant publication.
  • Tout commentaire à caractère injurieux, xénophobe, sexiste ou portant atteinte aux bonnes mœurs sera automatiquement supprimé.
  • Tous les champs sont obligatoires

eMATIN

Feuilletez LE MATIN comme si vous le teniez entre les mains

eMATIN : Edition électronique du MATIN

L'édition du 1 novembre 2014 est maintenant disponible pour les abonnés. Les inscrits peuvent accéder à l'édition du 31 octobre 2014.

Dernière minute

L'essentiel de l'actualité

Annonces & infos pratiques

  • emploi
  • automobile
  • immobilier
  • annonces légales et appels d'offres