Narguilé

Les gérants des cafés de «chicha», des récidivistes

Publié le : 19 août 2012 - Nadia Ouiddar, LE MATIN

chicha.jpg

Les cafés servant le narguilé sont de nouveau dans le collimateur des autorités locales. Durant le mois de ramadan, plusieurs d’entre eux ont été fermés. Et pour cause, ils servent non seulement du «mâassel» de contrebande, mais aussi de la drogue. Ces cafés sont aussi pointés du doigt à cause des faits qui portent atteintes à la pudeur et l’accueil de mineurs qui utilisent leur espace pour la prostitution. Il est à noter que l’arrêté n°5 du 22 septembre 2004 de la wilaya du Grand Casablanca interdit la consommation du narguilé dans les cafés et les lieux publics. Décrété par l’ancien wali M’hammed Dryef, cet arrêté était censé mettre fin à un phénomène répandu au niveau de la capitale économique. Néanmoins, les propriétaires d’espaces où on sert la «chicha» (narguilé) récidivent parce qu’ils ne risquent qu’une amende de 100 à 120 DH et la fermeture du café en question. «Quand le délit concerne la vente de narguilé, les sanctions imposées ne sont pas à même de dissuader les propriétaires et gérants des cafés de narguilé. Néanmoins, les propriétaires desdits cafés risquent jusqu’à 10 ans de prison, quand il s’agit de mineurs qui utilisent leur espace pour la prostitution», souligne un avocat au barreau de Casablanca.

Après quelques jours de fermetures, certains espaces fermés au mois du ramadan ont ouvert de nouveau leurs portes. «Certains gérants avides de gain continuent de détruire la santé des jeunes. Ils ne se soucient d’aucune loi ou réglementation, déplore un habitant du quartier de Bourgogne. J’ai assisté personnellement à la saisie d’une centaine de narguilés et à l’arrestation de plusieurs personnes dans un café du quartier. Quelques jours après, le gérant a repris son activité comme si rien ne s’était passé».

D’autres Casablancais se plaignent des maisons servant la pipe à eau. «Ma voisine, une ancienne travailleuse au Moyen-Orient, a transformé son appartement en café à chicha. Elle a des clients habitués qui viennent chaque jour chez elle. Pis, ils font la fête jusqu’au petit matin au détriment de la tranquillité et de la santé des voisins, nous confie une habitante de la capitale économique. Nous avons déposé plusieurs plaintes au commissariat, en vain». Face à ce constat, les autorités locales et la société civile tentent aussi bien que mal de sensibiliser les citoyens aux risques qu’ils peuvent encourir quand qu’ils tirent sur une «chicha». Dans ce cadre, les professionnels de la santé affirment qu’une heure de «chicha» est l’équivalent de 40 à 100 cigarettes fumées, alors que les adeptes du narguilé minimisent ses effets néfastes sur la santé. Beaucoup pensent qu’il est moins nocif que la cigarette. Ils prétendent que l’eau filtre les substances nocives de la fumée.

Méfaits du narguilé sur la santé

À ce propos, l’association «SOS tuberculose et maladies respiratoires» avait souligné que la chicha contenait 4 000 matières toxiques. En outre, la combustion douce du tabac du narguilé, qui dure 60 minutes, contre 5 minutes pour la cigarette, génère plus de monoxyde de carbone et de goudron.En effet, l’analyse chimique de la fumée du narguilé a montré que les taux de nicotine, de goudron et de phénols sont inférieurs à ceux de la cigarette, mais la fumée du narguilé contient 10 fois plus de monoxyde de carbone (CO), connu pour donner de graves complications cardiovasculaires et cérébrales. Les adeptes de la chicha s’exposent au charbon utilisé qui dégage du monoxyde de carbone (CO). Ce gaz se fixe sur l’hémoglobine à la place de l’oxygène et c’est ainsi que l’hémoglobine véhiculée par le sang va apporter aux différentes cellules de l’organisme du monoxyde de carbone, plutôt que l’indispensable oxygène. Cette pipe à eau cause les mêmes maladies que celles provoquées par la cigarette : cancer du poumon, du larynx, bronchites chroniques, maladies cardiovasculaires, tuberculose…

Un narguilé équivaut à 30 cigarettes pour les fumeurs passifs

Il faut signaler aussi que 95% des bronchites chroniques sont liées à la cigarette, 90% des cancéreux sont fumeurs. Par ailleurs, le rituel de la chicha est d’autant plus dangereux qu’il comporte des risques de transmission de maladies par l’eau, une mauvaise hygiène bucco-dentaire, vu qu’il se base sur le partage du narguilé. 80% des fumeurs utilisent le même tuyau et le même embout.
Les médecins confirment que la consommation du narguilé en groupe comporte, en plus de l’inhalation de produits toxiques et cancérigènes, des risques de transmission de maladies infectieuses, notamment la tuberculose.
Le narguilé présente également un danger pour les employés des café de chicha. La fumée d’un narguilé équivaut à 30 cigarettes pour ces fumeurs passifs. Ces derniers risquent l’intoxication aigüe au monoxyde de carbone et parfois la mort selon les médecins du CHU.


Le narguilé, plus toléré pour les femmes

La consommation du tabac et de la «chicha» chez les jeunes est un phénomène dû à des facteurs socio-économiques, culturels et familiaux. Ce fléau est aussi très répandu chez les femmes. Selon un serveur dans un café de «chicha», 75% de sa clientèle sont des femmes. Des Casablancaises consommeraient avec délectation le narguilé. Pour expliquer cet engouement, les jeunes femmes affirment que l’arôme du «maâssel», à base de fruits, n’empeste pas comme la cigarette.
À cet argument s’ajoute celui de la tolérance des hommes vis-à-vis des femmes qui consomment le narguilé, alors que celles qui fument des cigarettes ou boivent de l’alcool sont sévèrement jugées.


Déposer un commentaire



Règles d'utilisation
  • Les commentaires sont validés à priori. lematin.ma se réserve un droit de lecture sur chaque commentaire et de concordance avec notre ligne éditoriale, avant publication.
  • Tout commentaire à caractère injurieux, xénophobe, sexiste ou portant atteinte aux bonnes mœurs sera automatiquement supprimé.
  • Tous les champs sont obligatoires

eMATIN

Feuilletez LE MATIN comme si vous le teniez entre les mains

eMATIN : Edition électronique du MATIN

L'édition du 1 novembre 2014 est maintenant disponible pour les abonnés. Les inscrits peuvent accéder à l'édition du 31 octobre 2014.

Dernière minute

L'essentiel de l'actualité

Annonces & infos pratiques

  • emploi
  • automobile
  • immobilier
  • annonces légales et appels d'offres