Tabagisme

La cigarette : autopsie d’une meurtrière

Publié le : 4 septembre 2013 - Priscilla Maingre, LE MATIN

Tabagisme.jpg

Le fumeur est conscient que la cigarette nuit gravement à sa santé. «Il est écrit “fumer tue” au dos du paquet, on le sait», affirme Rachid savourant sa blonde sur la terrasse d’un café. Mais Rachid sait-il réellement pourquoi la cigarette tue chaque année six millions de consommateurs à raison de 10 morts par minute ? S’il y a effectivement la mention «fumer tue» sur les paquets de cigarettes, les réelles substances qui la composent ne sont, elles, mentionnées nulle part, si ce n’est le dosage de goudron, de nicotine et de dioxyde de carbone. Pourtant d’autres substances bien plus toxiques se trouvent dans la cigarette, qui, si indiquées, pourraient bien faire réfléchir à deux fois le fumeur avant d’en allumer une.

Au total, ce sont plus de 4 000 substances chimiques qui sont inhalées, dont plus de 60 classées cancérigènes par le Comité international de recherche sur le cancer. En voici quelques-unes… On sait donc, grâce au paquet, qu’une cigarette contient du goudron qui est cancérigène et recouvre les poumons d’une substance visqueuse. Mais également du monoxyde de carbone, un gaz toxique que l’on retrouve aussi dans les pots d’échappement des voitures. La nicotine, elle, agit directement sur le cerveau et provoque la dépendance. Elle met environ 8 secondes pour arriver au cerveau et provoque une sensation de plaisir et de détente.

Voilà pour ce qui est des substances mentionnées sur le paquet. Venons-en à présent à celles dont personne ne parle, comme le méthanol, que l’on retrouve dans le carburant des fusées et qui peut provoquer la mort s’il pénètre dans l’organisme. L’ammoniac a une odeur très forte et désagréable, et sert à la fabrication d’engrais, d’explosifs ou est utilisé dans certains détergents ménagers. La cigarette contient également de l’acétone, une substance aussi présente dans le dissolvant. Elle contient aussi du DDT (insecticide), de la naphtaline (antimites), du cadmium (batterie, piles), du chlorure de vinyle (plastique), du toluène (solvant), de l’arsenic (poison violent), de l’acide cyanhydrique (utilisé dans les chambres à gaz), du butane (gaz) et, au niveau du filtre, de la peinture.

Le plomb en raison de sa toxicité peut provoquer le saturnisme qui est une maladie affectant le cerveau. Le phénol, l’aldéhyde ou l’acroléine touchent essentiellement l’arbre respiratoire et sont à l’origine de nombreuses maladies : bronchites chroniques, asthme… Le diméthylnitrosamine est une substance utilisée pour le caoutchouc et dans la cigarette pour sa fumée. Elle est cancérigène et ses symptômes sont : maux de gorge, toux, nausées, diarrhée, vomissements, maux de tête, faiblesse. Après l’énumération de quelques-une de ces substances, retournons maintenant auprès de Rachid et de sa bande d’amis, tous fumeurs. Autant dire que les réactions ne se font pas attendre. «C’est choquant, je ne savais pas que cela pouvait contenir autant de cochonneries», s’étonne Rachid. «J’en connaissais quelques-unes, mais certaines me laissent sans voix, comme l’acide cyanhydrique utilisée dans les chambres à gaz au temps d’Hitler. Dire qu’on s’en servait pour tuer les gens en masse. Aujourd’hui, la cigarette continue de tuer, beaucoup plus massivement je dirais, mais rien de choquant là-dedans pour les industriels», s’exclame Mourad.

À l’annonce de cette nouvelle arrêteront-ils de fumer pour autant ? Pas sûr. «Personnellement, non, je n’arrêterais pas de fumer, on nous bassine toujours avec la cigarette, mais l’alcool tue aussi, or bizarrement c’est plus tabou, on n’est pas censé boire et pourtant on le fait et on produit des choses qui continuent de tuer les gens !», déclare Rachid. Mourad, lui, dit vouloir arrêter d’acheter ses paquets de cigarettes pour «rouler lui-même». «Ça m'évitera d'aspirer ces composés chimiques ajoutés au tabac des cigarettes industriel», pense celui-ci. Pourtant, le tabac à rouler est quatre fois plus nocif que le tabac d’une cigarette classique, il contient cinq fois plus de nicotine et libère davantage de substances toxiques. De plus, l’absence de filtre augmente sa toxicité. Quant à croire qu'une cigarette «non brûlée» contient moins de substances nocives, certes, mais il reste toutefois 2 500 composés chimiques, dont des pesticides et de nombreux additifs ! Enfin, un dernier conseil pour la route, ne jamais laisser une cigarette se consumer dans un cendrier, car les substances dégagées dans la fumée sont encore plus dangereuses que celles qui sont inhalées puisqu’elles ne passent pas par le filtre. 


Cigarettes light, chicha, cigares : halte aux idées reçues !

– Les cigarettes light. Fumer ce type de cigarettes présente les mêmes risques que fumer des cigarettes normales. Le filtre contenu dans ces cigarettes est composé de petits trous qui permettent à l'air de rentrer et de laisser passer la fumée. Mais ces orifices, le plus souvent bouchés par les doigts ou la bouche, ne remplissent plus leur fonction devant donner à ces cigarettes le terme de «légères». De plus, pour satisfaire son besoin de nicotine, un fumeur de cigarettes légères a tendance à fumer plus.
– La chicha. «Je ne risque rien parce que je ne fume que du narguilé. C'est beaucoup plus doux qu'une cigarette, et donc beaucoup moins dangereux pour ma santé». Qui n’a jamais entendu ces propos tenus par des personnes visiblement très mal informées sur les méfaits de la chicha ? À noter que 30 à 50 bouffées de chicha inhalées équivalent 2 paquets de cigarettes fumés. La production de goudrons par une chicha est 10 à 100 fois supérieure à celle d’une cigarette, et la combustion génère beaucoup plus de monoxyde de carbone.
– Le cigare. Il est bien plus toxique qu'une cigarette, car la fumée produite n'est pas filtrée. La feuille de tabac qui l'entoure empêche l'évaporation des substances produites par la combustion. Le risque de cancer du poumon est multiplié par trois, car les fumeurs de cigares inhalent très profondément la fumée du cigare. Les risques de développer un cancer de la bouche, du larynx et du pharynx sont multipliés par quatre par rapport à un non-fumeur, car le fumeur de cigares garde de longues minutes la fumée dans sa bouche. À noter que consommer quatre cigares équivalent à fumer 10 cigarettes.

Décryptage
  • En voici quelques-unes à vous faire pâlir d’angoisse : de l’acétone qui est un dissolvant ; de l’acide cyanhydrique qui était employé autrefois dans les chambres à gaz ; du monoxyde de carbone qui sort des pots d’échappement de nos voitures, du DDT qui est un insecticide tout comme la nicotine ; de l’arsenic, un poison très puissant, de la peinture sur le filtre ou encore le cadmium, un métal lourd qui met 70 ans à s'évacuer de l'organisme.

Déposer un commentaire



Règles d'utilisation
  • Les commentaires sont validés à priori. lematin.ma se réserve un droit de lecture sur chaque commentaire et de concordance avec notre ligne éditoriale, avant publication.
  • Tout commentaire à caractère injurieux, xénophobe, sexiste ou portant atteinte aux bonnes mœurs sera automatiquement supprimé.
  • Tous les champs sont obligatoires

eMATIN

Feuilletez LE MATIN comme si vous le teniez entre les mains

eMATIN : Edition électronique du MATIN

L'édition du 1 novembre 2014 est maintenant disponible pour les abonnés. Les inscrits peuvent accéder à l'édition du 31 octobre 2014.

Dernière minute

L'essentiel de l'actualité

Annonces & infos pratiques

  • emploi
  • automobile
  • immobilier
  • annonces légales et appels d'offres